Le train à travers les textes...

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par Hélène le Sam 6 Mar - 17:16

J'ai déjà évoqué Verlaine et ses poèmes où le train apparait à maintes reprises, les plus connus étant "Le paysage" et "Malines " mais j'aime beaucoup celui-ci...
On peut imaginer la photo du train s'inscrivant dans le paysage nocturne et le ciel éclairé...Une photo de Xavou peut-être... Wink Laughing


Rotterdam ( oeuvres posthumes )
( Verlaine )

Après qu'il a franchi d'abord les terres vertes,
Pleines d'eau régulière et qu'un moulin à vent
Gouverne à chaque bout des champs, puis l'en-avant
Et l'en-arrière des écluses grand'ouvertes

Formant des lacs d'une mélancolie intense,
Presque sinistres dans l'or sanglant des cieux noirs
Où quelque voile noire, on dirait, par les soirs,
Où quelque môle noir, on dirait, rode et danse,

Le train comme infernal et méchant sous la lune
Tout à coup rôde et danse, on dirait, à son tour
Et tonne et sonne et tout à coup, comme en un four
De lumière très douce et très gaie, un peu brune,

Un peu rose, telle une femme de luxure
Apaisée, entre, en des barreaux entre-croisés,
Au-dessus d'une ville aux toits comme apaisés,
Aux fenêtres d'où la vie appert, calme et sûre,

Bonhomme, et forte et pure au fond et rassurante
Combien ? après tant de terreurs de cieux et d'eaux
Regardant défiler à travers des rideaux,
Galoper notre caravane délirante.

***********************************************************************
http://ap2800.fr/
http://www.tacletrain.com/
avatar
Hélène
Le Chef,c'est moi ! :)

Féminin Nombre de messages : 7002
Age : 59
Date d'inscription : 17/11/2008

http://www.philo-ferroviaire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par Hélène le Mar 21 Sep - 18:29

Confirmé que les polars font souvent bon ménage avec les trains, il y en a toujours pour les traverser ou rajouter à la noirceur de l'intrigue...


(...) Jackson finit par se retrouver dans un wagon retardé, aux voitures bondées comme des wagons à bestiaux, qui bourdonnait et ronflait d'épuisement. La voiture-buffet ne pouvait pas faire de boissons chaudes et le chauffage était en panne, de sorte que certains voyageurs semblaient sur le point de mourir d'hypothermie. Des sacs et des valises bloquaient les couloirs et quiconque voulait traverser le compartiment devait accomplir une course d'obstacles au ralenti. Ce parcours du combattant n'empêchait pas plusieurs petits gosses, déchaînés par le sucre et l'ennui, de courir en hurlant d'un bout à l'autre du compartiment.On avait le sentiment d'un train qui revenait de la guerre, une guerre qui avait été perdue. (...)

A quand les bonnes nouvelles ? ( Kate Atkinson )

***********************************************************************
http://ap2800.fr/
http://www.tacletrain.com/
avatar
Hélène
Le Chef,c'est moi ! :)

Féminin Nombre de messages : 7002
Age : 59
Date d'inscription : 17/11/2008

http://www.philo-ferroviaire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par Hélène le Jeu 23 Sep - 14:11

Train de vie de Jean-Marie Laclavetine (2003)


« Nos vies courent sur des rails. Parfois elles les quittent, pour le meilleur ou pour le pire, pour la frayeur ou pour le rire. Presque toutes les nouvelles de ce recueil se déroulent à proximité de l'univers ferroviaire. Bonheurs d'aiguillage, vies déraillées, convois perdus dans le brouillard ou cisaillant des plaines gelées, elles vont leur train, nos vies. »





A l'exception de la première, des histoires qui courent quand même très loin des rails... Wink

(...) C'était un hiver monotone, sans caractère. La pluie portée par le vent d'est me plantait dans la peau ses innombrables petites dents dès que je sortais- et Dieu sait que je devais sortir souvent, car le PN 296 n'avait pas été jugé suffisamment important pour qu'on se préoccupât d'installer les manivelles de levage des barrières à l'intérieur de la guérite. Il fallait enfiler la canadienne à la première sonnerie annonçant l'arrivée d'un convoi, et baisser les barrières avant que la sirène d'alarme ne se mette à hurler- bien inutilement , d'ailleurs, car il ne passait jamais le moindre véhicule, la nuit, sur le chemin vicinal que j'étais censé protéger.
(...)


Bonheur d'aiguillage /train de vies



***********************************************************************
http://ap2800.fr/
http://www.tacletrain.com/
avatar
Hélène
Le Chef,c'est moi ! :)

Féminin Nombre de messages : 7002
Age : 59
Date d'inscription : 17/11/2008

http://www.philo-ferroviaire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par Hélène le Mar 12 Oct - 17:30

Buveuse de bière amère
(Jeanne Sigée cf ICI )


buveuse de bière amère

ainsi le voyageur
qui s'en va vers l'ouest
sa boite de bière
plus haut
que les roues du train clique
douce mousse
mémoire de soleil blond
restent
bière amère
bord de l'Escaut
promesses trahies
et l'amère berceuse
de la voyageuse
sur la banquette derrière
quand je cherche
où aller
finir ma bière

***********************************************************************
http://ap2800.fr/
http://www.tacletrain.com/
avatar
Hélène
Le Chef,c'est moi ! :)

Féminin Nombre de messages : 7002
Age : 59
Date d'inscription : 17/11/2008

http://www.philo-ferroviaire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par Hélène le Dim 14 Nov - 10:13

Herbert Lieberman , directeur de publication au Reader's Digest Book Club, s'est d'abord fait connaître par des romans psychologiques avant de se consacrer au grand « thriller » new-yorkais avec Nécropolis (Grand prix de littérature policière, 1977), La Traque, Trois heures du matin à New York, et La Nuit du solstice.





Le « Train Vert » est le nom du train qui relie Leningrad à Helsinki, c'est-à-dire au monde occidental, en longeant le golfe de Finlande. En pleine forêt russe, le train s'immobilise, à quelques kilomètres de la frontière. Les passagers - américains, européens, japonais, etc. - sont littéralement pris en otages, surtout ceux du groupe Intourist 409, parmi lesquels Thomas, journaliste kremlinologue qui a eu vent de la saisie par les forces de l'OTAN d'un sous-marin nucléaire soviétique (information ultra-secrète), Keith Wales, un Canadien qui va tenter de s'évader, et Peter Stern, un Américain « soupçonné » d'être juif
Le colonel Dounskoï, chargé de l'interrogatoire des « suspects » occidentaux, est lui-même l'objet d'un chantage de la part de ses chefs du KGB (sa fille, étudiante, fréquente des dissidents). Ce sera donc sa fille ou sa carrière. Et, pour les otages, leur liberté contre la restitution du sous-marin.
Des otages vont tenter de s'évader et de franchir la frontière, tandis que l'atmosphère s'épaissit et que différents dangers menacent...

***********************************************************************
http://ap2800.fr/
http://www.tacletrain.com/
avatar
Hélène
Le Chef,c'est moi ! :)

Féminin Nombre de messages : 7002
Age : 59
Date d'inscription : 17/11/2008

http://www.philo-ferroviaire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par Hélène le Jeu 18 Nov - 12:03

Vu sur le forum RMF , une belle initiative généreuse de l'APMFS qui va mettre en ligne en 5 parties, une par semaine, le livre Chambéry, une Histoire...de G.Jenny

A télécharger ici... http://www.apmfs.fr/

***********************************************************************
http://ap2800.fr/
http://www.tacletrain.com/
avatar
Hélène
Le Chef,c'est moi ! :)

Féminin Nombre de messages : 7002
Age : 59
Date d'inscription : 17/11/2008

http://www.philo-ferroviaire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par Hélène le Sam 18 Déc - 21:10

J'ai trouvé cette vidéo sur le net...si différente par son atmosphère et avec son poème, de celles de trains que l'on y voit le plus souvent... Et je la dédicace à Albert...Quelque chose me dit qu'elle parlera à ses états d'âme du moment... Laughing


***********************************************************************
http://ap2800.fr/
http://www.tacletrain.com/
avatar
Hélène
Le Chef,c'est moi ! :)

Féminin Nombre de messages : 7002
Age : 59
Date d'inscription : 17/11/2008

http://www.philo-ferroviaire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par videolf le Sam 18 Déc - 21:50

Merci Hélène,
Il est vrai que ce poème me parle, tout comme cette musique de Chopin, mais pour le moment, j'ai réussi à surmonter beaucoup de chose. D'ailleurs tu as pu t'en rendre compte sur mon blog.
Par contre, je profite de cette vidéo pour avoir une pensée pour notre ami Vagabonddurail. Je lui souhaite, au moment des fêtes, de retrouver une certaine sérénité, car je me doute qu'il a été confronté à de graves soucis.
Alors l'ami, si d'aventure tu passes par ici, sache que je ne t'ai pas oublié et que mon vague à l'âme n'est rien à côté de ce que tu as dû endurer.

Albert
avatar
videolf

Masculin Nombre de messages : 1610
Age : 68
Localisation : Lons le Saunier 39
Emploi/loisirs : Retraité aimant les trains...
Humeur : D'humeur noire devant la c....rie, sinon ça va...
Date d'inscription : 11/12/2008

http://apnendelire.eklablog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par Hélène le Sam 18 Déc - 21:55

Bonsoir Albert,

Je n'ai pas oublié non plus Daniel...Je respecte son silence et je comprends qu'il est signe de moments difficiles...

J'en profite juste pour lui dire, qu'il a toujours toute sa place ici dans notre amitié et dans nos pensées...


***********************************************************************
http://ap2800.fr/
http://www.tacletrain.com/
avatar
Hélène
Le Chef,c'est moi ! :)

Féminin Nombre de messages : 7002
Age : 59
Date d'inscription : 17/11/2008

http://www.philo-ferroviaire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par Hélène le Lun 31 Jan - 13:27

Des goûts et des couleurs...


"Si au lieu d'avoir eu lieu au dix-neuvième siècle, ce beau mouvement scientifico-culturel ( la construction des chemins de fer et des gares ) se fût produit pendant la Renaissance, la locomotive serait devenue, sous les marteaux des ouvriers merveilleux de ce temps, un objet d'art; j'ignore quel dragon, quel guivre, quel char, quel Jupiter tonnant sur les nuages ils eussent mais certainement ils eussent honte de ces gros boyaux tronqués courant sur des roues massives, traînant un tender qui ressemble à un vaste bain de siège, et soufflant la fumée par un immense tuyau de poêle. Rien n'est admirable qu'une locomotive lorsqu'on dégage la haute poésie et la morale supérieure qu'elle contient abstractivement; mais par ses formes elle est lourde, violente, brutale et laide ( je souligne, G.M.). Si la nation française était aussi artiste que M.de Laborde veut bien faire semblant de le croire, elle ne se satisferait pas de ces engins monstrueux (G.M) ,et , tout en leur laissant un côté utilitaire, elle saurait leur donner je ne sais quoi d'attractif et de plaisant qui est comme l'âme des choses et qui est l'art ..."

(Maxime Du Camp )

***********************************************************************
http://ap2800.fr/
http://www.tacletrain.com/
avatar
Hélène
Le Chef,c'est moi ! :)

Féminin Nombre de messages : 7002
Age : 59
Date d'inscription : 17/11/2008

http://www.philo-ferroviaire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par Hélène le Jeu 10 Fév - 19:57

Une balade catalane des souvenirs égrenés au fil du tram...


(...)
Tout simplement parce que jusqu'en 1954, le tram était le témoin vivant d'une époque tellement différente de celle que nous vivons aujourd'hui et pour laquelle, bien sûr, demeurent en nous, les jeunes des années trente, des sentiments réels de nostalgie.
Les rails traversaient de part en part la fidelissime ville de Perpignan, de la gare à la loge ou vers le haut-vernet et jusqu'à la station de Canet-Plage.

(...)

Le tram de Canet fut durant de nombreuses années le seul et unique moyen de transport sur ce parcours, mais aussi le témoin incontestable d'une mentalité propre aux usagers de l'époque qui en faisaient leur véhicule attitré jusqu'à dire à leurs invités ou amis "je prends le tram", tout comme si le tram leur appartenait personnellement. La gare de tramway était située au début du boulevard Wilson, face au Cinéma Castillet. Les départs avaient lieu toutes les vingt minutes aux heures de pointe et le voyage durait quarante minutes environ, ce qui supposait deux arrêts pour croisements, car le trajet se déroulait sur voie unique.
Une dizaine d'autres arrêts fixes ou facultatifs étaient indiqués sur l'itinéraire : la chaumière, château-roussillon, mas miraflor, le village , le pontarou etc...
(..)

Avec le tram ( Miquel Perpinya )





***********************************************************************
http://ap2800.fr/
http://www.tacletrain.com/
avatar
Hélène
Le Chef,c'est moi ! :)

Féminin Nombre de messages : 7002
Age : 59
Date d'inscription : 17/11/2008

http://www.philo-ferroviaire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par Hélène le Mer 27 Avr - 22:16

Un auteur de polars suédois, avec cette atmosphère très particulière de désespérance que restituent les auteurs nordiques de romans policiers...

"Winter se tenait dans Victoria Station, le vaste monde déployé autour de lui. Si je pouvais monter à bord de l'Orient Express pensa-t-il. Une enquête tranquille, tous les suspects rassemblés dans la voiture-bar.
La grande cité ne semblait jamais aussi proche qu'au coeur de cette gare. Winter était devant la porte sud, le regard levé vers le feuilletage d'informations concernant les départs à gauche et à droite: voilà, le train de Tattenham Corner était annoncé, avec un arrêt à Thornton Heath.
La voiture était presque vide. Le train s'ébranla lentement. Le ciel était en flammes derrière les cheminées au bord du fleuve. Le train franchit le pont et s'arrêta à Battersea Park: briques rouges, graffiti moins nombreux que prévu, une attente sur des bancs. Un grand silence.
C'est toujours silencieux le long de la voie ferrée, songea Winter, pas seulement ici mais partout où les gens voyagent. Ils sont absents momentanément, pas chez eux, pas chez quelqu'un d'autre. Ils, nous, plutôt, sommes dans un nulle part du voyage fait de silence et d'ennui apparent, d'attente surtout."

( Danse avec l'Ange Ake Edwardson )

***********************************************************************
http://ap2800.fr/
http://www.tacletrain.com/
avatar
Hélène
Le Chef,c'est moi ! :)

Féminin Nombre de messages : 7002
Age : 59
Date d'inscription : 17/11/2008

http://www.philo-ferroviaire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par Hélène le Jeu 12 Mai - 19:40

Un joli texte...

http://nouvellerevuemoderne.free.fr/trainpoetique.htm

***********************************************************************
http://ap2800.fr/
http://www.tacletrain.com/
avatar
Hélène
Le Chef,c'est moi ! :)

Féminin Nombre de messages : 7002
Age : 59
Date d'inscription : 17/11/2008

http://www.philo-ferroviaire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par Hélène le Sam 14 Mai - 11:23

Le Bulletin P.L.M. de Mai 1936 a demandé à plusieurs écrivains de l'époque ce qu'évoquait pour eux la Tour de l'Horloge de la gare de Lyon ...

Texte petit mais lisible en ligne quand même... Autant de réponses et de styles que d'auteurs... Personnellement ma préférence va à la réponse de Georges Duhamel, aussi simple et intime , que lucide... Wink









***********************************************************************
http://ap2800.fr/
http://www.tacletrain.com/
avatar
Hélène
Le Chef,c'est moi ! :)

Féminin Nombre de messages : 7002
Age : 59
Date d'inscription : 17/11/2008

http://www.philo-ferroviaire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par Hélène le Dim 15 Mai - 18:08

Aragon , Les yeux d'Elsa , Je vais te dire un grand secret...

Ce n'est pas un poème "de trains" mais il y a quelques vers magnifiques à ce sujet...On ne saurait mieux exprimer les départs sur un quai de gare en si peu de mots " et le poignet s'éteint du poids nouveau des larmes ..." C'est là le privilège des grands...

(...)
Je ne sais pas parler de toi je fais semblant.
Comme ceux très longtemps sur le quai d'une gare qui agitent la main après que les trains sont partis
Et le poignet s'éteint du poids nouveau des larmes.
(...)




***********************************************************************
http://ap2800.fr/
http://www.tacletrain.com/
avatar
Hélène
Le Chef,c'est moi ! :)

Féminin Nombre de messages : 7002
Age : 59
Date d'inscription : 17/11/2008

http://www.philo-ferroviaire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par Hélène le Ven 27 Mai - 16:26

Philippe Delerm à nouveau, qui restitue toujours si justement les ambiances...

Dans un vieux train

Pas dans le T.G.V., non! Ni dans le turbotrain, ni même dans un train corail. Mais dans un de ces vieux trains kaki qui sentent les années soixante. On s'attendait à l'asepsie fonctionnelle d'un wagon tout en longueur, à l'ouverture automatique d'une porte coulissante. Mais sur cette ligne familière, c'est bien un vieux train d'autrefois qu'on a remis en service ce jour-là. Pourquoi? On ne le saura pas.
On avance dans le couloir. Le premier geste qui change tout, c'est de tirer la porte du compartiment. Dans une bouffée de chaleur électrique et molle, on accède par effraction à une intimité plus ou moins vautrée, plus ou moins distante: on vous toise de bas en haut. Foin de l'anonymat des wagons monolithiques! Ne pas saluer, ne pas s'enquérir de la possibilité de prendre place relèverait de la barbarie. Il y faut même une sorte d’inquiétude chagrine qui fait partie du rite. C'est le sésame. Ayant requis l'honneur de s'intégrer au salon familial, on y est accepté par un assentiment qui tient du borborygme.
Dès lors, on peut se caler coin-couloir et déplier les jambes. Le regard de chaque passager obéit à une petite gymnastique instinctive et complexe: pause possible sur le sol noir caoutchouté, entre les pieds des occupants; pause prolongée bienvenue juste au-dessus des visages. Les positions intermédiaires – les plus intéressantes pourtant – sont à effectuer furtivement. Mais nul n'est dupe: l'acuité de l'œil dément alors la pudeur de sa course. Une échappée vers le paysage semble de bon aloi, avec étape sur les cendriers plombés gravés S.N.C.F. Mais c'est en haut, près du miroir clouté, que l'œil revient se poser à son aise. Dans un petit cadre métallique, le cliché noir et blanc de Moustiers-Sainte-Marie ne suscite pourtant aucun désir d'évasion. Il éveille davantage une vie ancienne, propre aux usages compartimentaux, aux casse-croûte. On y respire presque une odeur de saucisson coupé à l'opinel, on y pressent le déploiement de la serviette à carreaux rouges. On se replonge dans l’époque où le voyage était événement, où l'on vous attendait sur le quai de la gare avec des questions protocolaires:
– Non, j'étais bien. Coin-couloir, un jeune couple, deux militaires, un vieux monsieur qui est descendu aux Aubrais.

(Philippe Delerm / La première gorgée de bière )


***********************************************************************
http://ap2800.fr/
http://www.tacletrain.com/
avatar
Hélène
Le Chef,c'est moi ! :)

Féminin Nombre de messages : 7002
Age : 59
Date d'inscription : 17/11/2008

http://www.philo-ferroviaire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par Hélène le Ven 1 Juil - 14:14

" Les pas perdus " de Denise Bonal


"Lieu des au revoir et des adieux, lieu aux histoires meurtries, aux décisions décousues, aux envols vainqueurs, lieu de toutes les souffrances, de toutes les interrogations et de tous les espoirs, lieu des larmes chaudes et des serments hâtifs, lieu des derniers sourires, des paroles qu'on n'oubliera jamais et des baisers donnés pour la vie, voici la gare. La gare déclinée sous toutes ses formes, de la plus banale à la plus inattendue, grouillante d'humanité. Une multitude de trajectoires individuelles juxtaposées par la magie du théâtre.
"

Homme 1 . Autrefois, dans les trains à vapeur, quand on se tenait dans le couloir, la vitre ouverte, on attrapait souvent une escarbille dans l'oeil.

Homme2 . Pourtant les trains n'allaient pas vite.

Homme1 . Je pense que la vitesse de l'escarbille était supérieure à la vitesse de fermeture des paupières.




[youtube][/youtube]

***********************************************************************
http://ap2800.fr/
http://www.tacletrain.com/
avatar
Hélène
Le Chef,c'est moi ! :)

Féminin Nombre de messages : 7002
Age : 59
Date d'inscription : 17/11/2008

http://www.philo-ferroviaire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par Hélène le Jeu 7 Juil - 16:37

J'ai déjà parlé bien sûr d'Henri Vincenot mais je trouve ce passage particulièrement savoureux...


(...)
En attendant , cette noble invention vidait les routes, on voyait de moins en moins les lourds fardiers de la grande roulure passer chargés de marchandises. Des entreprises de roulage connurent des faillites retentissantes et aux étapes les auberges fermèrent leurs portes.
Pour les voyageurs, ce fut un peu différent, car si au début les gens prirent le train par curiosité et pour se donner des sensations fortes, les plus pauvres s'aperçurent bientôt que marcher coûtait encore moins cher, surtout si l'on portait ses souliers sur son épaule.
Après l'engouement du début, il y eut en Bourgogne, entre 1855 et 1860, une recrudescence de piétons sur les routes; alors que de 1852 à 1855 le nombre de billets vendus par les gares bourguignonnes atteint des chiffres importants en augmentation permanente, tout à coup , pour les cinq années suivantes, on enregistre une baisse curieuse du nombre de tickets ( on employait ce mot anglais pour désigner le billet de chemin de fer ).
Il y avait une raison à cela : devant le succès triomphal du début , les compagnies avaient doublé le prix du kilomètre; elles croyaient tout simplement qu'en doublant ce prix, elles doubleraient sinon leurs bénéfices du moins leur chiffre d'affaires ! Notons que c'étaient déjà des polytechniciens , de surcroît saint-simoniens, qui les dirigeaient !
Mais l'attrait , qu'exerçaient sur les foules le train et son " cheval d'acier" , la vitesse et le confort relativement bien supérieur à celui des véhicules routiers, fut tel que bientôt il y eut à nouveau la queue aux guichets des embarcadères de Dijon, Mâcon, Chalon et surtout, ce qui nous ramène à notre propos, à ceux des petites gares de campagne.
Et puis il y avait encore une autre catégorie de voyageurs qui échappaient à la statistique un peu pointilleuse et rudimentaire des bureaux: ceux qui prenaient le train sans billet, car les abords des embarcadères et des voies étaient très mal défendus contre les fraudeurs, les clôtures ayant été négligées au bénéfice des installations techniques, à vrai dire très étudiées et fort hardies.
Il s'agissait donc tout simplement, si l'on voulait voyager sans payer, de se glisser parmi les voyageurs payants, de monter avec eux dans une voiture et de surveiller l'arrivée du contrôleur.
Cet agent contrôlait le train en longeant les voitures en marche par les marchepieds et en se suspendant aux mainscourantes, car les compartiments ne communiquèrent entre eux par un couloir qu'après 1878 et sur les grandes lignes seulement ; le contrôleur changeait de wagon aux arrêts dans les gares, bien que les plus téméraires sautassent en marche d'un wagon à l'autre, et qu'à la suite de nombreux accidents ce procédé eût été formellement interdit par la compagnie.
Le jeu pour le "brûleur de dur", consistait donc à guetter le contrôleur qui arrivait en voltige par les marchepieds de gauche , et de faire la même acrobatie , en sens inverse, par les marchepieds de droite. C'est ainsi qu'au passage d'un train de voyageurs, les curieux qui se pressaient, fort nombreux, le long de la ligne , pouvaient voir des voyageurs suspendus aux marchepieds et gagnant de cette façon les voitures déjà contrôlées !
C'était dangereux ,certes , mais les trimardeurs en avaient vu d'autres !
Et il y avait, bien sûr, les trains de marchandises; ceux là, et pour cause, n'étaient pas contrôlés et il suffisait de monter dans un véhicule et de se dissimuler dans le chargement. C'était facile au début car c'étaient des wagons ouverts, du type tombereaux "à grands" et "petits ranchers" pour cacher les dix ou quinze contrevenants que transportait alors, sans s'en douter, le premier train de marchandises venu.
(...)
( Hommes et terres de Bourgogne /Henri Vincenot )

***********************************************************************
http://ap2800.fr/
http://www.tacletrain.com/
avatar
Hélène
Le Chef,c'est moi ! :)

Féminin Nombre de messages : 7002
Age : 59
Date d'inscription : 17/11/2008

http://www.philo-ferroviaire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par videolf le Jeu 7 Juil - 17:42

Hélène a écrit:J
(...)
Cet agent contrôlait le train en longeant les voitures en marche par les marchepieds et en se suspendant aux mainscourantes, car les compartiments ne communiquèrent entre eux par un couloir qu'après 1878 et sur les grandes lignes seulement ; le contrôleur changeait de wagon aux arrêts dans les gares, bien que les plus téméraires sautassent en marche d'un wagon à l'autre, et qu'à la suite de nombreux accidents ce procédé eût été formellement interdit par la compagnie.

C'est d'ailleurs ainsi qu'est décédé mon grand père (il était chef de train du côté de Nancy) il y a 60 ans...époque où les voitures à marchepieds existaient encore...

Albert
avatar
videolf

Masculin Nombre de messages : 1610
Age : 68
Localisation : Lons le Saunier 39
Emploi/loisirs : Retraité aimant les trains...
Humeur : D'humeur noire devant la c....rie, sinon ça va...
Date d'inscription : 11/12/2008

http://apnendelire.eklablog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par Hélène le Lun 11 Juil - 15:00

Vincennes-La-Défense

Elle avance dans le wagon, essoufflée, une canne anglaise à la main. On ne comprend d'abord pas pourquoi elle ne s'assoit pas sur une banquette; en fait elle cherche un strapontin, pour être moins coincée , pouvoir se relever plus vite. Elle est plutôt forte, assez âgée, au moins la soixantaine... Seule dans le métro à près de minuit. Son visage très pâle traduit l'effort, sans doute la souffrance. Sur le strapontin libre à côté d'elle vient s'asseoir un jeune monté à Châtelet. Jean noir, blouson noir, vingt-cinq ans peut-être. Ils ne se regardent pas d'abord. Puis le garçon sort de sa poche une minuscule console de jeux vidéo. Il ne la met pas en marche tout de suite, se contente de la soupeser entre ses mains, de la contempler. Alors elle se tourne imperceptiblement vers lui et dit une phrase qu'on entend mal, quelque chose comme "Jamais vu encore de comme ça ".
Commence alors un étonnant dialogue, explications techniques de la part du garçon, questions intéressées de la dame. On le devine à leur expression, à leurs gestes, sur fond de brinquebalement. C'est meilleur de ne pas percevoir le contenu précis de leurs phrases. S'ébauche un rapport humain sans avenir. Ils ne savent même pas quand leurs mots vont finir, quand l'autre va descendre. Ce la ne les empêche pas de bavarder tranquillement , sans précipitation, sans gêne. Au début, bien sûr, on a pensé que le contact était surtout important pour la vieille dame seule. Mais on n'est plus très sûr à présent. Le garçon ne sourit pas avec condescendance en faisant ses commentaires. Son débit est très calme, naturel. De son côté, on sent que la dame ne l'ennuie pas avec des considérations du genre "J'ai des petits-enfants passionnés par les jeux vidéo, etc. "
La vieille dame à canne anglaise et le jeune homme se parlent sans effort dans la touffeur du métro anonyme, un soir à minuit, sur un tronçon mal défini de la ligne n°1 Vincennes- la Défense.

( Enregistrements pirates / Philippe Delerm )

***********************************************************************
http://ap2800.fr/
http://www.tacletrain.com/
avatar
Hélène
Le Chef,c'est moi ! :)

Féminin Nombre de messages : 7002
Age : 59
Date d'inscription : 17/11/2008

http://www.philo-ferroviaire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par Hélène le Dim 11 Déc - 14:00

" (...) Elle alla à pieds jusqu'à la gare St Lazare. Cela faisait longtemps qu'elle n'allait pas dans ce coin là, bien que ce soit proche de chez elle. Depuis son retour de Cabourg. Ca faisait bien longtemps. Elle retrouva les quais réservés aux trains de banlieue. Ces trains qu'elle avait pris quotidiennement pendant plusieurs années, quand elle travaillait rue de Paradis. Elle reconnut l'odeur âcre des wagons. Une odeur de fer, de charbon, de sueur et de tabac. Elle fut surprise par cette odeur de houille qui persistait, malgré la disparition de locomotives à vapeur. Les gares devaient garder en mémoire les odeurs du passé. Comme ces hommes qui se souviennent toujours du parfum de leur mère. (...)

(La Cantine littéraire - Liza coll. plumes au bout des doigts TheBookEdition.com )

***********************************************************************
http://ap2800.fr/
http://www.tacletrain.com/
avatar
Hélène
Le Chef,c'est moi ! :)

Féminin Nombre de messages : 7002
Age : 59
Date d'inscription : 17/11/2008

http://www.philo-ferroviaire.net

Revenir en haut Aller en bas

L'épouvante ferroviaire en littérature

Message par chipougne le Dim 29 Jan - 11:11

Bonjour à tous,

Une nouveauté à signaler dans le domaine littéraire: une anthologie entièrement consacrée à l'épouvante et à l'insolite ferroviaires, à travers 26 textes anciens (XIXe siècle, début XXe) commentés par un spécialiste du genre. Il s'agit essentiellement de nouvelles, mais on trouve aussi des documents d'époque.



Trains de cauchemar, anthologie d'épouvante et d'insolite ferroviaires dirigée par Philippe Gontier.

La quatrième de couverture:

Être assis dans un train qui fonce à travers la nuit constitue une expérience poétique à laquelle les individus les moins romanesques et les moins imaginatifs ne peuvent rester insensibles. Et il suffit parfois de peu de chose pour que cette poésie se teinte d'inquiétude, et même, en certaines circonstances, tourne au malaise ou à l'angoisse.
Car dès son apparition, le chemin de fer suscita l'inquiétude. Avec les premiers accidents et les premières catastrophes, cette inquiétude se changea en appréhension et en peur. Aux déraillements, collisions, écrasements s'ajoutèrent bientôt les vols, assassinats, viols et autres agressions commis dans l'univers clos des wagons. Les faits divers sanglants se multiplièrent à la «une» des journaux et hantèrent l'imagination des voyageurs, donnant naissance à une angoisse particulière, propre au chemin de fer.
Cette matière ne pouvait manquer d'inspirer les auteurs: Guy de Maupassant, Marcel Schwob, Jean Lorrain, Maurice Level et Paul Hervieu sont ainsi au sommaire de cette anthologie de 26 textes, aux côtés de ces «petits maîtres» injustement oubliés de la littérature fantastique que sont notamment Rémy Saint-Maurice, Michel Jules Verne ou Alfred de Sauvenière. Des témoignages authentiques des premières catastrophes de l'histoire ferroviaire viennent compléter ce volume.
Une anthologie à lire la nuit... En train, de préférence!



On peut en lire quelques extraits sur le site de l'éditeur (cliquer sur les titres en gras dans la table des matières).

chipougne

Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 20/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par Hélène le Dim 29 Jan - 14:03

Bonjour,

Merci pour cette découverte que j'ai trouvée très intéressante...C'est bien quand un livre rassemble des textes sur notre sujet de le savoir, et ce que j'en ai lu en ligne m'a mis l'eau à la bouche...Je pense donc, pour ma part, si je le trouve au hasard de mes visites chez libraires, l'acheter...

***********************************************************************
http://ap2800.fr/
http://www.tacletrain.com/
avatar
Hélène
Le Chef,c'est moi ! :)

Féminin Nombre de messages : 7002
Age : 59
Date d'inscription : 17/11/2008

http://www.philo-ferroviaire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par chipougne le Dim 29 Jan - 17:41

Merci. Smile Une précision: ce livre étant édité par un petit éditeur associatif, il est pratiquement impossible -- hélas -- de tomber dessus par hasard, car la diffusion/distribution systématique en librairie reste un rêve inaccessible pour ce genre de structure. Ceci dit, on peut le commander chez n'importe quel libraire, car il est référencé dans toutes les bases de données de la profession. Il faut parfois insister un peu, c'est tout. Wink

chipougne

Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 20/01/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par Hélène le Dim 29 Jan - 17:53

Merci pour la précision...On peut le commander en ligne ,j'ai vu aussi... Wink

***********************************************************************
http://ap2800.fr/
http://www.tacletrain.com/
avatar
Hélène
Le Chef,c'est moi ! :)

Féminin Nombre de messages : 7002
Age : 59
Date d'inscription : 17/11/2008

http://www.philo-ferroviaire.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le train à travers les textes...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum